Un homme de l’ombre ?

Comme prévu, hier soir, je suis sorti voir Réjane. Elle était ma marraine lorsque j’étais en DUT SRC à Vélizy et je ne l’avais pas revu depuis mon entrée au CELSA ! C’était les grandes retrouvailles. Nous avions décidé de nous retrouver chez elle pour fêter l’anniversaire de son colocataire. Il n’était pas prévenu de cette soirée et m’accueille en pyjama ! La classe. En attendant l’arrivée des autres invités, nous parlons, nous buvons un verre.

 

La boutique Empire. Un paradis pour le street wear !

 

La soirée s’est passée extrêmement bien. J’ai eu l’occasion de rencontrer toute une troupe de français (informaticiens et cinéastes) en études dans la même université que moi. Des gens très cools, drôles et divertissants que je compte bien revoir ! Ca fait du bien de ne pas se sentir seul. Cependant, ils ne m’auront pas trop rassuré. En effet, mes deux « angoisses » actuellement concernent la nourriture (j’ai du mal à m’habituer, je ne trouve pas les aliments que j’aime) et les connaissances (je peine à faire connaissance avec des québécois autres que mes colocataires). Or, le groupe de français est présent à Montréal depuis plus d’un an et ils ont les mêmes soucis que moi. Ils trouvent, eux aussi, qu’il est difficile de faire connaissance avec des québécois et d’entretenir des relations durables. J’ose espérer qu’ils sont moins sociables que moi !

 

Gourmet Délice, le boss du label

 

Aujourd’hui, la journée était très différente. Réveil avec la gueule de bois, je me motive pour aller à l’assurance maladie du Québec pour en finir avec les papiers. J’attends une heure, et pas de bol, on me dit qu’il me manque un papier. Du coup, je pars à la recherche d’un nouveau bonnet. Je marche pendant presque une heure sous la pluie. J’arrive au magasin trempé jusqu’à la moëlle et je ne trouve pas de bonnet Volcom … J’en prends un autre par dépit. Snif.

 

DJ Champion

 

Cette après-midi, j’avais rendez-vous au label Bonsound, producteur d’artistes tels que Malajube, DJ Champion, Les Breastfeeders, Prototypes, etc. L’entretien se passe plutôt bien (autour d’une bière comme dans tous les labels). Je devrais travailler pour eux une dizaine d’heures par semaine afin d’améliorer la stratégie web de la maison de disque. Cool ! Je vais rencontrer du monde et ne pas m’ennuyer durant ces prochaines semaines ! Ca me fait plaisir de travailler « dans l’ombre », on se sent un peu philanthrope… Happy, happy, happy !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *