Poursuite des cours

Deuxième journée de cours. Le réveil ce matin était difficile. Il faut dire que le cours d’hier soir était incroyablement chiant ! Le contenu du cours est complet et intéressant (il s’agit de la mondialisation), en revanche, je n’ai jamais vu un professeur aussi peu structuré et complètement perdu dans son discours. Pour la petite anecdote, plus le cours avançait, plus les lumières baissaient en intensité, ce qui fait qu’au bout de 2h, on s’est retrouvé dans le noir ! Et pour ceux qui vivent au CELSA, vous voyez le petit monsieur d’origine africaine à l’entrée ? Bah, c’était lui mon prof !

 

Le Pavillon où j’ai cours

 

Ce matin, c’était un peu différent. Le cours porte sur les Communautés en Réseaux mais c’est extrêmement théorique. Du coup, aujourd’hui on a passé en revue tous les grands philosophes (d’Aristote à Kant, en passant par Platon et Descartes). La moitié des étudiants se sont levés avant la fin du cours … c’était un véritable défilé ! J’ai fait la connaissance de Suzanne, une étudiante allemande très sympathique. On s’est rejoint sur le fait qu’il nous paraît très difficile de nouer des liens avec les étudiants québécois. Même s’ils sont très agréables et vont vous renseigner avec plaisir, ils ne vous proposeront pas d’aller boire un verre, etc.

 

 

Une fois le cours fini, je suis allé acheter mes codex. Ce sont des recueils d’articles / chapitres de livres sélectionnés par le prof. Ils sont payants (entre 15 et 30$ l’exemplaire) et nécessaires pour le suivi du cours. Les modalités d’examens sont assez étonnantes ici. En France, si vous n’avez pas une bonne grosse dissertation bien prise de tête, on qualifie votre travail d’expérimental ou de saugrenue. Ici, chaque matière est notée différemment et avec plusieurs épreuves (entre 2 et 4). Ainsi, je serai noté pour cette session d’hiver sur des QCM, des fiches de lecture, des exposés, des dossiers à rendre (mais pas avec un plan tripartite). Pour le moment, c’est déroutant. On a l’impression de retourner au collège, d’autant plus que l’université me rappelle mon lycée !

 

Après les codex, c’était la carte de métro à tarif réduit. Indispensable, le ticket de bus coûte 2$ et il n’y a pas de réduction lorsqu’on achète un carnet complet. Ca revient vite cher ! Du coup, cela m’a emmené une nouvelle fois sur Sainte Catherine où je me suis bien marré en voyant l’affiche ci-dessous. J’en ai profité pour manger chez Burger King (oui, Alex, je pense à toi ! hahaha). Rien à voir avec nos burgers français dégueulasses, celui qu’on m’a servi était plus beau que sur la photo, vous vous imaginez ça ?

 

 

Le programme de l’après-midi sera de trouver un téléphone portable et de commencer à travailler un peu. D’abord sur mon mémoire, ensuite sur mes codex fraichement achetés. Ici, pas question de travailler à la dernière minute comme nous en avons l’habitude en France !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *