Premier cours

Voilà, c’est fait ! Je plonge dans le grand bain … ou plutôt dans le petit bassin. Le premier cours à l’université était une simple réunion durant laquelle le professeur, un jeune thésard accompagné de son auxiliaire, nous a présenté son plan de cours. Pas franchement fameux, on dirait du mauvais VJP (pour les connaisseurs – hybridation, participation et gnagnagna -). Le prof trouve ça très théorique mais je pense que nous n’avons jamais eu un cours aussi « pratique » au CELSA. Bref, voilà une matière probablement acquise d’avance.

 

Si le contenu du cours semble peu intéressant, la vie estudiantine semble l’être d’avantage. Les méthodes de travail, les outils et les infrastructures mis à disposition des étudiants n’ont rien à voir avec ce que l’on a en France. On comprend vite pourquoi les étudiants étrangers ne se sentent pas bien accueillis et pourquoi ils trouvent honteuses les conditions de la vie étudiante dans l’hexagone.

 

On se croirait presque dans American Pie, ici. Les démarches administratives sont vites rêglées, les associations possèdent de véritables moyens, les bibliothèques sont bien entretenues, on trouve des cafés tenus par les étudiants, etc. Un petit paradis, un lieu d’étude paisible qui n’a strictement RIEN à envier à une école française. Les méthodes d’enseignement me paraissent bien meilleures (peut-être trop vulgarisées car étudiants proviennent de différentes sections et sont à différents niveaux d’étude). Le prof dispose du matériel adéquat (gigantesque rétroprojecteur, ordinateur fonctionnel, accès internet, …) et nous livre tous ses cours sur une plateforme commune (powerpoint, cours, exemples, liens, logiciels à télécharger, …). Parfait.

 

J’ai eu l’occasion de voir à peu près à quoi ressemblent les autres étudiants de communication. Des gens plus simples qu’au CELSA, très clairement. Pas de prise de tête, pas de gens qui se mattent 10 ans avant de s’adresser la parole. Beaucoup de filles comme dans toutes les département de com’ du monde et des gens ouverts d’esprit. J’ai parlé un peu avec un autre sympathique étudiant étranger, mi-français mi-marocain. On s’est promis d’aller boire un verre.

 

Je retourne en cours de 19h à 22h.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *